Vous avez dit emploi?

01 January 1999
Article
p>

Ce petit papier, qui date de janvier 1999 n'a jamais été publié malgré mes efforts. Je l'ai préparé pour Le Monde Diplomatique comme un petit encadré à côté d'un article plus long [demandé, celui-là, ce qui n'était pas le cas pour celui-ci. Le Diplo, où l'espace est rare et très convoîté, n'a pas trouvé la place: je ne lui en ai pas tenu rigueur. Quand je l'ai proposé au 'Monde de l'Economie', j'ai eu une réponse à peine croyable: vues mes relations avec le Diplo [dont je m'honore], le Monde quotidien ne croyait pas devoir le passer, malgré sa qualité. Sachez donc, si vous vous aventurez à écrire pour le Diplo, que vous serez tenu pour suspect.
Comme pour les autres articles sur ce site, vous êtes libre de copier et faire circuler, à la seule condition de citer la source et de donner l'adresse de mon site sur la page web de TNI.


La Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement [CNUCED] publie chaque année un gros Rapport sur les Investissements dans le Monde (1). Ce document est toujours riche d'enseignements sur les Entreprises Transnationales [ETN] à condition que le lecteur s'arme de sa calculette et fasse des centaines d'opérations arithmétiques lui-même. Aucun total n'est fourni par les auteurs de la CNUCED, de crainte, peut-être, de dévoiler certaines vérités.

Il est instructif d'examiner l'évolution des cent premières ETN, gros moteurs de la mondialisation. Celles-ci sont classées de 1 à 100 selon leurs "actifs à l'étranger" ["foreign assets"].

En comparant les données du Rapport 1998 [chiffres pour 1996] à celles du Rapport 1995 [chiffres pour 1993] l'on apprend notamment qu'en ce laps de temps, ces entreprises ont augmenté leur chiffre d'affaires de près du quart, sans pour autant créer globalement le moindre emploi.

Les 100 premieres entreprises du monde
[en milliards de dollars et en nombre démplois]
Annee 1993 1996 Evolution
Chiffre d'affaires 3.335 4.128 + 24%
Emplois 11.868.873 11.805.281 - 0,5%

Les ETN figurant sur la liste des 100 premières ne sont pas toujours identiques. Ainsi, entre les Rapports 1995 et 1998, Pechiney et Thomson ont disparu, mais Béghin Eridiana et LVMH [dit "le Bon Marché"] ont fait leur apparition. De même, les fusions récentes rendent certaines comparaisons hasardeuses. D'où l'intérêt d'examiner, secteur par secteur, l'évolution des entreprises inscrites au palmarès d'une année sur l'autre.

Secteur Nombre d'ETN concernees Evolution des ventes 1993-1996 en % Evolution des emplois 1993-1996 en %
Automobile 11 + 25 - 3
Petrole 11 + 21 - 28
Electronique, informatique 16 + 16 0
Alimentation, boissons, tabac 9 + 20 + 0.5
Chimie 6 + 24 - 15
Pharmacie 4 + 34 + 3
Metaux, mines 3 + 12 - 13
Total 60 + 21 - 6

L'on constate que les ETN manufacturières se sont débarrasées allègrement de leur personnel. Pourquoi alors l'industrie alimentaire/boissons enregistre-elle ce miniscule gain d'emplois d'un demi-pourcent? La réponse, c'est MacDo qui, en pleine expansion, a embauché 41% d'employés de plus pendant la période 1993-1996 [et Pepsico, autre propriétaire de chaines fast-food, 15% de plus]. L'avenir sourit au CDD qui retournent les hamburgers sur les grils.

La productivité au sein de ces firmes géantes s'est également prodigieusement accrue. Chacun des employés de ces soixante firmes, du PDG au balayeur, était responsable en moyenne de $241.000 de chiffre d'affaires en 1993 et de $312.000 en 1996 - une augmentation de près de 30%.

Malgré ce bond en avant, ces firmes trouvent encore trop cher le coût du travail "chez eux". La CNUCED divise l'emploi en deux catégories: "local" [dans le pays d'origine de l'ETN] et "étranger" [dans tous les autres pays, qu'ils soient développés ou "émergents"]. Le déplacement de l'emploi "local", dite "délocalisation", vers l'étranger en l'espace de quatre ans est frappant:

Les 100 premieres entreprises: evolution de l'emploi 1993-1996
  Evolution en nombre d'emplois Evolution en %
Emplois: local - 927.344 - 14%
Emplois: étranger + 863.752 + 17%

Sans que les chiffres de la CNUCED permettent de dire où exactement se sont déplacés ces 14 pourcent d'emplois "locaux" - forcément dans les pays riches, sièges des transnationales - il y a fort à parier que ce ne soit pas vers les pays aux salaires les plus avantageux.

Avec plus de quatre trilliards de dollars de chiffre d'affaires, les cent premières entreprises transnationales représentent à elles seules, rappelons-le, plus de 15% du Produit Mondial en employant moins de douze millions de personnes. Nulle part, sauf à Singapour ou à Hong Kong, elles ne fournissent plus de un pourcent de la totalité des emplois. Leurs méga-fusions [environ les trois-quarts de tout "l'investissement direct à l'étranger"] entrainent invariablement des "dégraissages". Et pourtant, tous les gouvernements continuent à leur faire la cour.


References

1. World Investment Report 1998, Nations unies, New York et Genève, Novembre 1998