Dominique Broc, une audience en shit libre

Le porte-parole des Cannabis Social Clubs a utilisé son procès, hier, comme tribune politique
08 April 2013
Other news

Interpellé mi-février après que la police a saisi à son domicile 126 plants de cannabis et 26 grammes d’herbe, le proces contre Dominque Broc ressemblait plus à un combat politique qu’à une joute juridique. «Les Cannabis Social Clubs prônent une consommation régulée et raisonnable de la marijuana. Ils produisent eux-mêmes ce qu’ils fument pour ne pas recourir au marché noir. Il est donc à tout le moins hypocrite de ne pas poursuivre les faits de production et d’envoyer le prévenu devant la juridiction compétente ! tonne son avocat, Philippe Baron.

Libération (France)
Lundi, 8 avril 2013