Lobby Planet Paris

Criminels du climat et marchandisation de la COP21
25 နိုဝင်ဘာလ 2015
Report

Informations sur les criminels du climat, cartes des hauts lieux du lobbying à Paris, focus sur les sponsors de la COP21.

La 21ème Conférence des Parties (COP) de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), la désormais célèbre « COP21 », se déroulera du 29 novembre au 11 décembre 2015 à Paris.

La « Conférence Climat » devrait, théoriquement, parfaire le nouvel accord mondial pour l’après-2020. Nous savons qu’au moins 80% des énergies fossiles doit rester dans le sol si nous voulons maintenir l’augmentation moyenne de la température du globe en dessous des deux degrés. Pour y parvenir, les sociétés devraient s’engager à des réductions massives de leurs émissions de gaz à effet de serre, et amorcer une transition énergétique profonde, en changeant radicalement leurs systèmes de production et de consommation.

Mais les entreprises et leurs représentants – les grands lobbies industriels et financiers – ont un tout autre agenda, et sont déterminés à s’immiscer dans les négociations de façon à garantir le statu quo. Les négociations climat des Nations unies, c’est le paradis du “greenwashing” : les entreprises dépensent sans compter pour faire la démonstration spectaculaire de leurs admirables performances climatiques, pour prétendre aux pratiques sociales les plus vertueuses et accroître leurs bénéfices.

En réalité, leur objectif réel est souvent encore plus ambitieux. Tout en prétendant lutter contre le changement climatique, elles promeuvent les solutions technologiques qu’elles ont conçues et qu’elles souhaitent faire financer via les subventions et les multiples programmes et agences mandatées pour soutenir le développement, la réduction des émissions et l’adaptation aux aléas du changement climatique au Sud. Parmi ces “solutions” : les agrocarburants, les biotechnologies et les bioénergies, la capture-séquestration carbone et les marchés carbone, l’énergie nucléaire ou la géo-ingénierie (voir les encadrés tout au long de ce guide pour en savoir plus).

Plutôt que prévenir la catastrophe climatique, les COP servent donc de plus en plus d’expositions et de salons publicitaires aux plus grands criminels du climat que compte la planète. La Conférence climat de Varsovie, en 2013, avait atteint un sommet dans l’histoire de cooptation des entreprises au processus onusien, puisque le gouvernement polonais avait co-accueilli le “Sommet international du charbon et du climat” au même moment. Organisé par l’Association mondiale du charbon, le sommet avait appelé les banques de développement à accroître leur soutien à l’industrie du charbon !

Cette année, la Conférence climat se déroule à Paris, et l’influence des entreprises transnationales et de leurs lobbies promet d’être à nouveau colossale. Les entreprises françaises préparent la COP21 depuis des mois pour organiser événéments, salons et conférences en amont et pendant la COP. Réunies au sein de projets tels que “Solutions COP21” (voir page 24), des entreprises telles que Engie (anciennement GDF Suez), Carrefour, Veolia, Sofiprotéol, Schneider Electric – grâce à des financements publics1 - et bien d’autres cherchent à donner une visibilité publique à toutes les réponses du secteur privé au changement climatique.

Avant même le début du sommet, les entreprises les plus polluantes se sont imposées en actrices centrales du futur accord, à travers “l’Agenda des solutions”2 , autrement nommé Plan d’action LimaParis (PALP). Créé en 2014 par le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon, cet agenda est conçu pour faire des industries polluantes des partenaires centraux des Etats dans la mise en oeuvre de leurs engagements, via l’addition des “contributions” technologiques qu’elles proposent en réponse à la crise climatique.

Le gouvernement français, qui entend agir en “leader mondial” dans la naissance de cet accord historique, a tenté de confier 20% du financement de cette conférence à certaines des entreprises privées les plus polluantes du monde. Parmi les grands logos qui décoreront les murs de la Conférence tout au long des deux semaines, on verra donc nombre de champions de la pollution tels que Engie, EDF, Renault-Nissan, Air France, BNP-Paribas, Michelin ou Suez Environnement.

Défendre la justice climatique, c’est exposer l’action des entreprises pollueuses et de leurs lobbies au yeux du plus grand nombre. Ce guide va vous propulser au cœur du système bâti autour de la COP21. Il va vous faire découvrir les lobbyistes anti-climat et leurs fausses solutions, et l’ampleur des pressions exercées par les industries fossiles sur les gouvernements. Vous y découvrirez l’ampleur des subventions publiques aux énergies sales, la multiplicité des collusions public-privé, les formes infinies de la spéculation sur les crises climatiques.

Mais l’influence de l’industrie et de ses alliés contre le climat s’opère dans un contexte de résistance. Les citoyens et les communautés résistent aux méga-projets et aux méga-pollueurs. Ils s’opposent aux grands projets inutiles et à l’accaparement des terres agricoles par l’agro-industrie. Ils proposent également leurs propres voies pour rompre durablement avec le système de production et de consommation dominant : agroécologie, coopératives énergétiques, relocalisation de la production et des échanges, redéploiement des transports publics et collectifs, monnaies locales...

En route, donc, pour découvrir ensemble l’envers du décor et démythifier l’action des entreprises et de leurs lobbies !

ဆွဲချရယူရန်: 
Lobby Planet Paris. En français(pdf, 16.09 မီကာဘိုက်)
ဖတ္ရႈမႈပ်မ္းမွ်ၾကာခ်ိန္: 
35 min
Lobby Planet Paris. En anglais(pdf, 16.39 မီကာဘိုက်)
ဖတ္ရႈမႈပ်မ္းမွ်ၾကာခ်ိန္: 
35 min