Pour & Contre: La Mondialisation Libérale

13 June 2002
Book
Le débat fait rage entre les partisans de la mondialisation et ses détracteurs. Ces derniers la rendent responsable des inégalités croissantes, des exclusions sociales et économiques. Les premiers estiment qu’aucun pays ne peut connaître la croissance et le développement sans échanges économiques internationaux. « There is no alternative » : Margaret Thatcher aurait-elle vu juste ? N’y-a-til aucune possibilité de mettre fin aux privatisations, à la précarité ? C’est pour tenter de comprendre les conséquences de la mondialisation qu’est née cette rencontre entre Susan George et Martin Wolff.
ISBN/ISSN
  • 978-2246629115

Le débat fait rage entre les partisans de la mondialisation et ses détracteurs. Ces derniers la rendent responsable des inégalités croissantes, des exclusions sociales et économiques. Les premiers estiment qu’aucun pays ne peut connaître la croissance et le développement sans échanges économiques internationaux. « There is no alternative » : Margaret Thatcher aurait-elle vu juste ? N’y-a-til aucune possibilité de mettre fin aux privatisations, à la précarité ? C’est pour tenter de comprendre les conséquences de la mondialisation qu’est née cette rencontre entre Susan George et Martin Wolff. Vice-présidente d’ATTAC et auteur du Rapport Lugano, Susan George exprime son inquiétude face à une économie mondiale indifférente à son impact humain et écologique sur le monde. Il est urgent de repenser l’ordre mondial sous peine de subir des conséquences désastreuses, comme celle du 11 septembre dernier. Martin Wolf, principal éditorialiste du Financial Times et adepte du libre-marché, ne croit pas à ces propos « cataclysmiques » mais au progrès continu de l’humanité et la coopération internationale. Pour lui, l’expansion des possibilités économiques mondiales sera le moteur des améliorations futures.